Monuments historiques et politique

Publié le par Cyber@rchiviste

Tiens, Bordeaux inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis un an à peine vient de commettre sa première boulette.
La ville vient en effet de détruire l'un de ses ponts en plein périmètre UNESCO : le pont du Pertuis, dernier pont tournant à "culasses" de France...

http://pontdupertuis.canalblog.com/albums/mort_du_pont_du_pertuis/index.html
Comme quoi, l'intérêt de l'UNESCO pour un lieu n'est absolument pas un obstacle à la destruction irraisonnée de son patrimoine.
Pourquoi le pont du Pertuis a si brusquement disparu malgré une campagne de défense active ? Parce que comme souvent maheureusement, les monuments historiques font les frais des conflits politiques locaux ou plus larges...Alain Juppé, alors maire UMP de Bordeaux n'aurait pas souhaité faire le "cadeau" de la rénovation du pont son potentiel successeur, Philippe Dorthe, conseiller général PS du canton et candidat aux municipales de 2008...
A Bordeaux comme ailleurs, souvent, les monuments historiques concentrent toutes les luttes locales intestines. Sans toutefois détruire forcément des monuments historiques, les choix culturels sont parfois contestables.

Cela fait l'écho du règlement de l'après-mine dans le bassin houiller lorrain, où les Houillères du Bassin de Lorraine ont définitivement disparu le 31 décembre 2007. Fort d'un patrimoine architectural unique et monumental, les chevalements ont tantot été sauvegardés, tantot rasés, au grand désespoir des acteurs locaux, comme le chevalement de la Houve.
Pire, l'implantation choisie (politiquement) pour le musée de la mine du bassin houiller est le site de Petite-Rosselle sur le carreau Wendel, à l'extrême Est du bassin. Le choix de cette zone isolée, assez loin de l'autoroute et d'une gare, loin des grands axes de communication de l'est de la France est vraiment aberrant. Si bien que le musée est un gouffre financier, trop de bâtiments ont été conservés, uniquement esthétiques, ils sont impossibles à entretenir.
Et pourquoi avoir choisi ce site? Parce que les tensions entre décideurs ont été un obstacle au choix légitime d'un site sur la commune de Freyming-Merlebach, en plein centre du bassin, à 5 km de l'autoroute et où subsistaient la mine image de Cuvelette et un carreau à taille humaine.

Rien de nouveau, la culture reste l'outil privilégié de la politique !
BNF, pyramide et Orsay, rien de nouveau sous le soleil !





En complément de cette petite analyse : liens vers la carte des monuments historiques protégés en Lorraine et vers un article sur le pont du Pertuis extrait du Monde.


http://www.culture.gouv.fr/dracs/lorraine/CARTOGEN/index.html


http://www.lemonde.fr/culture/article/2008/07/08/l-unesco-place-les-ponts-de-bordeaux-sous-surveillance_1067636_3246.html

Publié dans Patrimoine et culture

Commenter cet article