Quand l'eau devient votre pire ennemi ... achetez de la bâche.

Publié le par Cyber@rchiviste

C'ecrue-1910_hd.jpgst un vieux et solide bâtiment en béton, des "pieds", à la "tête", une de ces constructions d'après-guerre bâtie avec soin, comme s'il fallait encore qu'elle résiste à un bombardement. Même le toit est en béton bien épais, avec une forme bombée, he oui, le toit-terrasse n'était heureusement pas encore à la mode !

 

Dans ce bâtiment solidement ancré au sol, point de charpente en bois ni de systèmes de climatisation ingérables, pas de canalisations en ballade dans les faux- plafonds, tout semble sous contrôle.

Le sol est surélevé de près de deux mètres, ce qui évite aux archives de risquer de se retrouver les pieds dans l'eau en cas d'innondations. Le ruisseau le plus proche est à près de 20 mètres sous le niveau du sol.


Mais, mais, mais... l'eau est tout de même bien là, partout. C'est une visiteuse bien discrète mais si dangereuse ...

Le béton du toit et son isolant sont devenus poreux, après 65 ans de vie. L'eau s'imisce le long des murs, rampe sur le sol, suinte par les fenêtres, remonte par les canalisations, est attirée irrémédiablement par les planchers en bois des rayonnages mobiles, traverse le béton fatigué du toit, et s'approche dangereusement des archives.

Parfois, l'eau les effraie en effleurant leurs conditionnements : quelques gouttes d'eau sur une cassette vidéo, de petites éclaboussures sur la tranche d'une boîte... Cela n'a jamais vraiment de conséquences graves mais qu'il est usant de toujours devoir surveiller ces goutelettes assassines !

 

Pire, les descentes des gouttières passent à l'intérieur du bâtiment et s'évacuent dans des regards situés à quelques dizaines de centimètres des boîtes d'archives les plus proches du sol. Et là, quand les gouttières se bouchent de feuilles en automne, le toit a la facheuse tendance de stocker l'eau, car il n'est pas parfait avec sa belle forme bombée.

Débouchez ces gouttières trop brutalement et là c'est le drame 10 mètres plus bas : les regards débordent, et le bâtiment se remplit irrémédiablement d'une dizaine de centimètres. Pire, l'eau remonte par le regard dans l'évacuation d'eau du climatiseur de notre chambre froide et retombe dramatiquement au milieu de cette pièce qui est bien celle qui se passerait le plus de cette eau.

C'est arrivé une fois, c'était effrayant mais sans conséquences heureusement. Désormais, nous faisons tout pour éviter que cela ne se reproduise.

 

La solution à cette situation ? Tout "simplement", refaire la toiture intégralement ainsi que les façades. C'est en cours, c'était urgentissime. Refaire l'isolation sur le béton, boucher les trous, modifier les gouttières, condamner les fenêtres inutiles...

Désormais, le seau et le balai en caoutchouc ne sont plus nos outils favoris du petit matin, après une bonne nuit d'averse. Les archives respirent.

 

Moi qui pensais que le feu était notre pire ennemi professionnel... Il l'est aussi mais l'eau est sournoise et pas très copine avec le papier et les supports audiovisuels.

 

La morale de cette histoire ? Ne jamais négliger l'entretien de son bâtiment, les inspections visuelles régulières, et veiller à détecter les failles dans la structure qui peuvent engendrer des sinistres.

 

Les pompiers sont également nos amis, même s'il ne faut les appeler qu'en cas d'extrême urgence. Ils sont équipés de pompes très efficaces mais un balai fait aussi l'affaire si le niveau de l'eau est modéré. 

 

Dernière leçon de l'histoire : "Au sol, cher archiviste, tu ne stockeras JAMAIS de documents". Une devise géniale qui à elle seule est un remède à bien des fuites !

 

Alors évidemment, les bâtiments d'archives "modernes" qui n'ont pas connu l'après-guerre ont d'autres vices ou sont soumis à d'autres risques : toits terrasse, climatiseurs fous, proximité d'un front de mer ou d'un cours d'eau capricieux et violent, risques de vandalisme, localisation dans une zone de crues potentielles, canalisations trop fragiles...


Je pense que nous ne sommes jamais assez sensibilisés sur ces questions de prévision des sinistres potentiels.

 

Un conseil donné par un pompier ? Achetez de la bâche, si vous saviez comme cela peut servir dans certaines situations ...

 


Commenter cet article

plombier paris 8 29/01/2015 16:07

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

plombier paris 2 26/01/2015 13:17

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement