Vers le côté obscur du patrimoine

Publié le par Cyber@rchiviste

http://astrakoop.free.fr/lille/ind-011.jpgBon allez, je dois vous l'avouer, je suis passée du côté obscur de la force patrimoniale. Celui des musées !

Je ne suis plus principalement archiviste depuis quelques jours mais l'amour du métier reste bien là rassurez-vous !

Désormais chargée du pôle culturel d'un musée, je fais tous les métiers du patrimoine et j'adore (gestion des collections, médiation culturelle, réflexion sur le patrimoine bâti, expositions temporaires, documentation, archives, service pédagogique...).

Et je suis confrontée à un premier problème auquel je ne m'attendais plus... l'archivage électronique. Ce soir, j'ai ouvert le serveur informatique du musée et j'ai été horrifiée. J'ai jamais vu un tel foutoir numérique. L'informaticien que j'avais en face de moi pour dompter Outlook qui se rebellait m'a fait part de son désespoir...

Arborescence, nommage, nettoyage, droits d'accès sont des choses que personne n'a voulu comprendre quand il a essayé de s'y attaquer.
Alors Bibi va essayer. Patience, diplomatie, pédagogie, ingéniosité, rigueur... les qualités de l'archiviste vont encore me servir.

 

J'ai déjà ma ptite idée :

Arborescence >>> check

Nettoyage >>> check

Classement >>> check

Procédures >>> check


Nous aurons même le luxe d'avoir un dossier destiné à relayer des informations transversales à tous les services, wow ! ça s'appelle basiquement la communication interne, mais les services occupés par les activités quotidiennes n'ont pas toujours le temps d'y réfléchir.

 

En fait l'archivage au contact du terrain c'est vachement bien, être proche des utilisateurs de l'information et des documents, ça me manquait, j'adore ! Et quand ça porte ses fruits rapidement c'est encore mieux. Je vous ferai part de mes expériences...

 

Mais bon, retournons à nos moutons muséographiques, il faut aussi faire tourner le musée. On va classer les visiteurs par nationalité, âge, métiers, etc. les enfants par niveaux scolaires, les documents par objets muséographiques, les sandwiches par ingrédients, les trains par époques ...


Finalement, le classement, c'est un truc qu'on garde dans la peau et mine de rien, ça structure bien l'esprit !!

 

Publié dans Patrimoine et culture

Commenter cet article

Dominique Perchet 21/01/2012 08:22

des réflexions intéressantes qui pourraient déboucher sur des préconisations, notamment pour les associations membres du Cilac qui doivent être aussi à la peine pour organiser leurs archives
numériques; si ce débat et cette réflexion pouvaient être ouverts, nous en serions heureux. A suivre ?